Qu’est-ce que la rhinite allergique?

rhinite allergique

Rhinite allergique, le terme est bien peu clair pour le novice. Il s’agit en fait d’une expression scientifique décrivant un état de santé lié à une allergie respiratoire, quelle qu’elle soit.

Qu’est-ce que la rhinite allergique?

La rhinite est avant tout une affection du nez, bien qu’elle puisse se propager, par exemple, aux sinus (sinusite). Le nez qui coule, le rhume, la congestion nasale, ou l’irritation d’une ou plusieurs parties du nez sont les symptômes qui doivent faire penser à la rhinite.

Il y en a plusieurs sortes, mais un tiers d’entre-elles sont (chez l’adulte) provoquées par une réaction à un allergène. On parle alors logiquement d’une rhinite allergique. Le pollen et les acariens sont les plus fréquents déclencheurs de ce type de rhinite.

La rhinite allergique est donc, pour beaucoup de patients, une maladie saisonnière, liée au bourgeonnement des fleurs et à la diffusion dans l’air de leur pollen. Celle-ci a, elle aussi, son propre terme scientifique : la pollinose.

Que la maladie soit saisonnière ou non, elle se déclare généralement lors de la croissance. Peu d’adultes se découvrent, en effet, de nouvelles allergies respiratoires. Une fois déclarée, la rhinite peut cependant aller en s’aggravant. Notamment dans le cas d’une forte résistance ou accoutumance aux médicaments anti-allergènes.

La rhinite allergique peut-elle être soignée?

Le traitement de la rhinite allergique se concentre sur la réduction des symptômes plutôt que sur la guérison. Le patient peut ainsi se faire prescrire du sodium, des corticoïdes ou des antihistaminiques.
Quant au traitement en vue de la guérison, il est parfois possible, bien que très rarement. Il s’agit en fait d’une « dé-sensibilisation » à l’agent allergène. Celle-ci peut être atteinte par la saturation : en vue de faire perdre la sensible à un élément particulier, on sature progressivement le corps avec celui-ci.

La rhinite allergique ne doit pas être crainte comme une maladie mortelle. Cependant elle reste souvent très incommodante pour le patient. Le traitement des symptômes est alors généralement systématisé dès le moindre signe d’allergie. Et, dans le cas d’une réaction saisonnière, il peut même anticiper l’apparition des symptômes.

Photo de Dartmouth Electron Microscope Facility

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *