Le rhume des foins

Le rhume des foins se manifeste par une réaction allergique au pollen des fleurs et des arbres, aux herbes, aux graminées. Il se manifeste plus particulièrement par temps sec, pendant les périodes printanière et estivale, la prolifération du pollen pendant ces deux saisons étant la plus élevée.

Rhume des foins

Des graines de pissenlits

Le rhume des foins est provoqué par une sensibilité de l’individu à un type d’élément déclenchant l’allergie qui provoque une réaction du système immunitaire ainsi qu’une réaction physique. L’origine du rhume des foins est méconnue, toutefois les antécédents familiaux tels des cas d’allergie ou d’asthme augmentent la probabilité de souffrir de cette maladie.

Le rhume des foins se manifeste par de nombreux éternuements, un écoulement du nez important et des sensations de démangeaison au niveau des yeux, du cou et du nez. En général, ces manifestations sont aussi accompagnées de gonflement et rougissement des yeux, qui se mettent à larmoyer. Des maux de tête ainsi que de la fatigue peuvent survenir lors de crises allergiques importantes. Sa durée est variable d’un sujet à un autre. Tout dépend de l’importance de la sensibilité de la personne au contact de l’élément provocateur de l’allergie. Les personnes souffrant fréquemment de rhume des foins peuvent, à long terme, développer de l’asthme et l’allergie peut parfois entraîner une sinusite.

Pour diagnostiquer le rhume des foins, le médecin s’appuie tout d’abord sur les manifestations. S’il y a un doute, une analyse de sang permettra de confirmer ou non le diagnostic par la présence d’anticorps dans le sang. Pour déterminer les causes de l’allergie, des tests de sensibilisation cutanée peuvent être réalisés. L’allergie peut être traitée de plusieurs façons, selon son degré d’importance. Les antihistaminiques donnent de bons résultats mais impliquent la prise de médicaments tout au long des périodes printanière et estivale. Pour soulager les écoulements nasaux qui finissent par donner une sensation de nez bouché, le médecin peut prescrire des gouttes. Dans les cas d’allergie récurrents, les traitements à base de corticoïdes sont efficaces pour empêcher les réactions allergiques. En médecine douce, l’homéopathie peut représenter une bonne alternative à la condition que la sensibilité allergique de la personne soit peu élevée. Pour les cas les plus critiques et si la personne ne réagit pas aux traitements courants, le médecin peut faire pratiquer une désensibilisation. L’injection des allergènes responsables permet à l’organisme de s’accoutumer à eux et ainsi les prochaines saisons, les manifestations de l’allergie seront réduites de façon considérable. Les personnes souffrant de ce mal connaissent des désagréments qui se répètent tous les ans. Cependant, la variété des traitements possibles permet à chacun de trouver une solution adaptée pour être soulagé et ne plus appréhender l’arrivée des périodes printanière et estivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *